Référendum sur la loi sur les jeux d’argent – Réponse à M. Jean-Christophe Schwaab

"Grave dérive démocratique : des entreprises étrangères s’achètent un référendum"

La prise de position de Monsieur Schwaab stupéfait le comité du Parti Pirate Vaudois! En effet, l’ancien Conseiller national, artisan de la mise en place de mesures de censures d’Internet comme moyen de régulation des jeux d’argent (LJAr – Loi sur les Jeux d’Argent), vient se drapper des atours d’un défenseur convaincu de notre démocratie alors qu’il s’échigne à la saper en voulant recourir à des mesures liberticides!
Vouloir jeter l’opprobre sur les référendaires pour se défausser de ses propres errements est tout simplement inacceptable ! Le comité du PPVD, ainsi que la présidence du Parti Pirate Suisse sont choqués par les insinuations de M. Schwaab.
Nous dressons le même constat que lui sur les problématiques du financement de la vie politique, cela fait maintenant plus de cinq ans que le Parti Pirate se bat pour la transparence de cette dernière en Suisse, mais nous constatons que ni le Conseil Fédéral et encore moins le Parlement ne donnent une grande priorité au traitement de l’initiative sur la transparence du financement politique!
Est-ce que dans la LJAr une restriction de la libre circulation des personnes a été faite? Bien sûr que non ! Faut-il un visa de sortie du territoire pour aller jouer dans les casinos pullulant dans la zone frontalière limitrophe ? Bien sûr que non ! Y a-t-il des restrictions sur les sommes d’argent exportées ou importés à l’occasion de telles virées ? Bien sûr que non ! M. Schwaab et ses collègues veulent donc soumettre le peuple suisse à la censure en leur interdisant la liberté d’accès à des sites internet au titre de leur « protection »! Cela est totalement antidémocratique !
Le parlement, dont M. Schwaab faisait partie, n’a eu ni le courage, ni la fortitude de s’attaquer au nerf de la guerre en matière de régulation et de gestion des risques des jeux d’argent…L’argent! 
Et pourtant ce n’est pas faute d’avoir mis en place un cadre juridique et opérationnel forçant l’ensemble des institutions financières du pays à monter des usines à gaz pour contrôler l’ensemble des transactions et leurs clients ! 
Dès les premières consultations, le Parti Pirate s’est activement engagé pour présenter des solutions pragmatiques; tout au long des débats parlementaires, il s’est battu pour une solution réglant efficacement les choses en bloquant l’argent au niveau des virements pour les mises et paiements des gains aux sites étrangers de jeux en ligne.
Le parlement, dont monsieur Schwaab était un membre éminent, a tout simplement préféré voir dans la refonte de cette loi une opportunité de faire entrer le loup de la censure d’État dans la bergerie de la démocratie suisse.
C’est encore plus étonnant lorsque l’on sait que le message du Conseil fédéral se focalisait sur l’argent, la taxation des gains et leur collecte en vu de financer les assurances sociales. Le Parti Pirate s’inscrit dans cette démarche et la comprend parfaitement.
L’Espagne nous a démontré que lorsqu’une infrastructure de censure d’Internet est existante, elle peut très vite être employée à des fins antidémocratiques, en privant les citoyens d’une expression légitime! Les graves évènements liés aux mouvements indépendantistes en Catalogne ont démontré, si il le fallait encore, qu’ouvrir la boîte de Pandore de la censure d’Internet n’était pas une chose anodine, et que les atteintes à la démocratie et à la liberté d’expression sont gravissimes !
Pour le comité du PPVD, Guillaume Saouli, président du PParti Pirate Vaudois

Laisser un commentaire

Notice: Comments reflect the opinions of those who wrote them. Allowing people to comment here does not mean that we also agree with them.

Your email address won't be displayed. Required fields are marked with this sign: *

*

More information

Nos derniers tweetos: