Nos candidat-e-s de la liste 21 au Conseil national!

Nos Candidats au Conseil national sur la liste 21
Nos candidats au Conseil national sur la liste 21 sont:

Guillaume Saouli, 45 ans, directeur de projets, Gimel

Adrien Vion, 27 ans, juriste, Lausanne

Ariane Beldi, 39 ans, assistante de communication, Crans-près-Céligny

Gabriel Klein, 38 ans, technopreneur, ingénieur EPFL, Montpreveyres

Gaël Marmillod, 34 ans, ingénieur systèmes, Lausanne

Sylviane Klein, 61 ans, préfète, Servion

Carlos Polo, 45 ans, chef de projet, Nyon

Thomas Moret, 46 ans, monteur-électricien CFC, Lausanne

 


Guillaume Saouli

guillaume45 ans, père d’un enfant, directeur de projets, habitant à Gimel.

smartvote

Son projet pour la Suisse:

– Faire de la Suisse le vainqueur de la révolution numérique

– Soutenir le développement d’une grouvernance pragmatique au sein des administrations afin de réduire les gaspillages

– Développer une cyberdéfense générale pour protéger l’ensemble de la population suisse, et non pas une ligne maginot

– Développer une économie de proximité résiliente et innovative laissant la part belle à l’entrepreneuriat

– Lancer la transformation du filet social suisse pour lui donner la force nécessaire afin d’affronter les défis du XXIe siècle

Son parcours:

Le parcours professionnel et associatif de Guillaume Saouli, 45 ans, père d’une adolescente, est le reflet même de la révolution numérique. Après des études à l’EPFL, il s’engagea dans une carrière d’ingénieur système, spécialisé dans les problématiques de sécurité des réseaux électroniques. En même temps, il mit son expertise en la matière au service de la société civile internationale, notamment auprès de l’Internet Society où il fut très tôt actif.

A 30 ans seulement, il s’illustra chez Lucent Bell Labs à Berne, où il fut promu au rang de « distinguished member of consulting staff ». En 2003, il accepta de prendre les rênes de la direction de la partie informatique du projet de refonte du système financier de l’Etat de Genève, qu’il conduisit au succès grâce à des méthodes pragmatiques de gestion du risque. Par la suite, il fut appelé à diriger plusieurs grands projets internationaux dans le domaine des télécoms et des systèmes financiers auprès de multinationales, tant en Suisse qu’à l’étranger.

Guillaume Saouli a aussi contribué plus directement au tissu économique régional par ses activités d’entrepreneur. A 25 ans, en 1995, il contribua à son échelle à la diffusion du Web dans les foyers suisses romands en fondant un fournisseur d’accès internet grand public »SPAN », à Genève. A partir de 2009, il lança des projets de mobilité et de technologies des finances. Son approche systématique et structurée de la démarche innovante et entrepreneuriale fut d’ailleurs reconnue en 2010 par le prix de l’innovation de la Société Suisse de Management de Projet (SMP) à Lausanne.

C’est fort de ce bagage technique ainsi que de ses expériences professionnelles et citoyennes qu’il a pris un rôle actif au sein du Parti Pirate Suisse en 2012. Il s’est alors impliqué dans le développement de la politique nationale et a appuyé les pirates genevois dans leur campagne au Grand Conseil. Polyglotte, il a significativement contribué au développement actuel du Parti Pirate Suisse. Il a occupé successivement les postes de directeur politique, Vice-Président et aujourd’hui le poste de Co-Président du Parti Pirate Suisse.


Adrien Vion

adrien27 ans, juriste, habitant à Lausanne.

smartvote

Son projet pour la Suisse:

– Œuvrer au développement d’une société harmonieuse, libérale mais sans laissés-pour-compte, fondée sur une action politique réfléchie, équilibrée et tournée vers l’avenir.

– Renforcer le développement d’une démocratie saine, dans laquelle les lobbies seraient mieux encadrés et le financement de la politique plus transparent.

– Favoriser le développement du partage culturel en ligne tout en améliorant les soutiens à la création, afin de donner à chaque citoyen-ne les moyens concrets de développer une pensée critique et de participer à l’enrichissement culturel collectif.

Son parcours:
Né en 1988, Adrien a grandi près de Cossonay, dans la campagne vaudoise, avant de déménager à Lausanne à l’âge de 19 ans. Entre 2006 et 2011, il a étudié le droit aux Universités de Lausanne et de Zurich, tout en travaillant en parallèle de ses études. Actuellement, il est assistant de recherche et doctorant à l’Université de Lausanne et rédige un thèse de doctorat en droit des contrats.

Intéressé depuis toujours par la politique et la vie en société, Adrien a rejoint le Parti Pirate en 2011, peu après sa création. Il a été membre actif et candidat lors de précédentes élections et a mené en 2014 la révision du programme des Pirates vaudois. Depuis le début de l’année 2015, il est président du Parti Pirate vaudois, tout en continuant à être actif sur le terrain (vous l’avez peut-être croisé cet été au Festival de la Cité).

Sa réflexion politique est non seulement nourrie par ses discussions avec des citoyennes et citoyens, mais aussi par de fréquents voyages en Europe, Asie et Amérique ainsi que des lectures – outre des journaux suisses et internationaux, il s’intéresse à divers auteurs dans les sciences humaines et apprécie la littérature tant romande que plus lointaine. Il est aussi passionné de musique électronique (principalement house et techno).


Ariane Beldi

ariane39 ans, assistante de communication,Crans-près-Céligny

smartvote

Son projet pour la Suisse:

-Lutter contre un usage abusif des données électroniques qui déboucherait sur la mise sous surveillance arbitraire de la population.

– S’engager pour une politique permettant à la Suisse de rester leader mondial dans ses principaux domaines scientifiques et industriels.

– Favoriser la stricte séparation des églises et de l’Etat.

– Soutenir toute initiative visant à diffuser une pensée rationnelle, afin de résister à la montée d’une « pensée magique » moderne.

Son parcours:
Docteur en Science de l’information et de la communication depuis octobre 2013, elle a mené des recherches pendant plusieurs années sur les publics de culture populaire et leurs usages des nouvelles technologies. Auparavant, elle a occupé des responsabilités dans les relations publiques et l’édition-rédaction Web au sein de divers organismes privés ou publics, dont le CERN.

En dehors de ses activités professionnelles, elle participe fréquemment aux débats de société sur les réseaux sociaux et par son blog, avec une prédilection pour les sujets suivants: les effets des nouvelles technologies numériques sur les comportements sociaux, l’histoire scientifique et les mythes nationaux, les politiques migratoires et d’intégration des nouveaux-venus, les sciences et les pseudo-sciences.

Ariane a décidé de rejoindre le Parti Pirate Vaudois parce qu’elle a réalisé qu’il était parmi les seuls acteurs du paysage politique suisse capables d’articuler les questions purement techniques et les enjeux sociétaux du numérique.


Gabriel Klein

gabriel39 ans, père d’un enfant, ingénieur, habitant de Montpreveyres.

smartvote

Son projet pour la Suisse:

– Développer et repenser les infrastructures suisses dans un esprit à la fois libéral et écologique.

– Encourager le développement de la culture, de l’art, et d’une « startup nation » humaine et axée sur le futur – ouverte à tous et toutes et non élitiste.

– Développer et créer de nouvelles valeurs pour la société dans un esprit participatif.

Son parcours:

Gabriel a obtenu un un diplôme d’ingénieur en systèmes de communication à l’EPFL, puis, dix ans plus tard, un master en gestion et administration dans un programme conjoint entre l’EPFL et l’Unil/HEC (MoT) et axé sur la création de startups.

Père d’un enfant de 7 ans, Gabriel est également un citoyen actif de sa commune, puisque membre de son conseil général et de la commission des finances. C’est un jeune homme qui participe également à la vie asociative locale, à l’exemple de la Fanfare du Jorat, dans laquelle il joue comme trompettiste.

Il a participé à la création de trois startups technologiques comme architecte, ingénieur et gestionnaire de projets. Il se désigne lui-même comme « technopreneur ». Il apprécie cet environnement, mélange d’innovation, travail et recherche où il sait développer ses compétences techniques, humaines et scientifiques. Ces startups n’auraient cependant jamais pu exister sans la collaboration de millions de bénévoles, d’où son goût pour l’open-source et la co-création.

Gabriel est en faveur du « revenu de base inconditionnel » qui permet d’avoir une société ou personne n’est laissé de côté, tout en valorisant le travail. C’est pour lui une brique indispensable pour concilier une société hyper-libérale avec un socle social solide.

 


Gaël Marmillod

gael34 ans, ingénieur Systèmes, habitant à Lausanne

smartvote
Son projet pour la Suisse:

-Intégrer l’informatique dans les systèmes scolaires, avec une sensibilisation aux nouvelles technologies

– Adapter nos systèmes sociaux et de santé face à l’automatisation croissante du travail et à l’évolution de la durée de vie moyenne

– Contribuer de manière éclairée aux problématiques touchant aux nouvelles technologies afin de protéger le citoyen, sa sphère privée, et de renforcer démocratie et état de droit.

Son parcours:
Né en 1981 et originaire du Pays d’Enhaut, Gaël passe son enfance à Chexbres. Après un passage sur la Riviera pendant son CFC de Mécanicien-Electricien, il s’installe à Yverdon-Les-Bains le temps de devenir Ingénieur HES en Télécommunications. Il a depuis lors travaillé en tant qu’ingénieur de systèmes informatiques dans divers services et sociétés de services.

De par ses intérêts très variés il prend part à diverses activités associatives (fanfare, club de jeux, politique) et découvre aussi le monde caritatif et l’univers des soins palliatifs à l’occasion de son Service Civil.

S’intéressant à l’information en général ainsi qu’à la politique, il réalise très tôt l’ampleur des enjeux touchant de près ou de loin à l’informatique et à internet. Constatant que nombres de décisions, tant politiques que juridiques, sont prises dans la plus totale ignorance de ces domaines (ou au très net avantage d’intérêts particuliers), un engagement politique lui parait indispensable.

Découvrant le Parti Pirate Suisse peu après sa création, il s’y engage activement, et assure la présidence du Parti Pirate Vaudois de sa fondation, de 2011 à 2013. Il participe notamment aux élections fédérales de 2011 et cantonales de 2012.

De par son parcours professionnel, Gaël est à même de constater de première main la faible priorité et parfois le faible intérêt donné à la protection de la sphère privée, entre autres dans l’industrie médicale. Il est donc primordial pour lui de renforcer cette protection.


Sylviane Klein

sylviane 61 ans, Préfète, mère de deux enfants, habitant à Servion

smartvote

Son projet pour la Suisse:

– Développer une cyberadministration dont la priorité est l’amélioration du service aux citoyens et son accessibilité par tous et toutes

– Une meilleure application de la loi sur l’aménagement du territoire dans les zones agricoles dans le respect de l’environnement, mais également dans le respect des spécificités vaudoises.

– Assouplir les dispositions légales et favoriser par des mesures d’incitation, la recherche et l’utilisation d’énergies renouvelables individuelles et/ou collectives.

Son parcours:
Sylviane Klein, née en 1954, mère de deux enfants, et quatre petits-enfants.
Parcours professionnel: enseignante, journaliste, rédactrice en cheffe de Femmes suisses, préfète du district d’Oron depuis 1997, puis de Lausanne depuis 2008.
Parcours politique: municipale, syndique, députée au grand Conseil.
C’est une personne au caractère direct qui déteste la langue de bois. Pragmatique, elle préfère l’action aux discours inutiles. Elle défend la transparence et la sincérité en politique et dans la vie en général, et ne supporte pas l’injustice, la violence sous toutes ses formes, la méchanceté et la bêtise.
Il lui tient à coeur de construire une justice qui défend les gens honnêtes sans laisser de place à ceux qui utilisent les moyens et failles du système pour ne pas assumer leurs actes.

Son attachement au Parti Pirate est lié à une prise de conscience que l’enjeu principal de ces prochaines décennies est l’entrée de notre civilisation dans l’ère numérique, ce qui transformera fondamentalement nos systèmes de pensée et de relations entre les êtres humains. Elle souhaite participer activement à la construction d’un monde où les nouvelles technologies seront au service de l’avènement d’une société meilleure … et non pas au service de ceux qui pourraient amener à la destruction de notre civilisation.
Ceci passera par la conscientisation aux risques encourus aujourd’hui par l’humanité et par un meilleur respect de l’être humain et de son environnement.


Carlos Polo

carlos
45 ans, père de 2 enfants, chef de projet, habitant à Nyon

smartvote

Son projet pour la Suisse:

– Le développement d’une e-administration efficiente ou l’open-data est au service du citoyen.

– Une politique de cybersécurité dans laquelle une approche de défense générale intégrée est favorisée, plutot qu’une ligne maginot réservée à la seule armée.

– Le développement d’une politique de l’innonvation et du développement des startups dans les domaines émergents des nouvelles technologies

Son parcours:
Père de deux enfants, Carlos a un riche parcours qui l’a mené en terre vaudoise après avoir grandi en Colombie, travaillé à Londres. Depuis plus d’une décennie, il conduit des projets informatiques sensibles dans les domaines de la sécurité publique auprès de l’Etat de Genève.
Par son pragmatisme et ses compétences, il contribue à la transformation des outils des services d’urgence genevois, ainsi que des forces polices.

Carlos s’intéresse depuis longtemps aux enjeux de la société émergente de l’information, il participe régulièrement à divers chantiers de réflexion sur le développement de l’open-data dans les administrations publiques mais égalemetn de l’évolution de l’e-administration.

Nyonnais, Carlos est très actif et participe à de nombreuses activités locales, qu’il partage le plus souvent également avec sa famille.


Thomas Moret

thomas46 ans, monteur-électricien CFC, habitant à Lausanne

smartvote

Son projet pour la Suisse:

  • – Accélérer la numérisation du patrimoine culturel afin d’en permetre la mise à disposition par le biais des bibliothèques et autres temps du patrimoine culturel suisse

– Développer le droit successorale numérique afin de permettre aux héritiers de gérer le patrimoine numérique du défunt

– Allonger à cinq ans la durée des législatres au niveau fédéral

Son parcours: